Retour

Une activité dans deux coopératives (2/2) : exemple à Saint-Nazaire

Thomas Drouillay - À Saint-Nazaire, une menuisière et un prestataire multiservices tracent leur chemin entre l’Ouvre-Boîtes, Bâticréateurs et CoopChezVous

Sous le nom Créateur2confort depuis 2019, Raphaëlle Haeck réalise des meubles, pose des cuisines et assure des travaux de rénovation. Avec Coup de pouce presqu’île, Thomas Drouillay est depuis 4 ans prestataire multi-service. Tous les deux travaillent sur Saint-Nazaire et la presqu’île guérandaise, accompagnés à la fois par l’Ouvre-Boîtes et une coopérative spécialisée.

Comment se répartissent les services que vous proposez par l’intermédiaire des deux coopératives ?

Raphaëlle – Je passe par Bâticréateurs dès que cela concerne la garantie décennale, pour poser des cuisines par exemple. Pour les petits travaux ou la réalisation de meubles, je facture avec l’Ouvre-Boîtes.
Thomas – J’utilise CoopChezVous pour des travaux de bricolage et jardinage chez des particuliers, dans le cadre réglementaire du service à la personne. Je suis à l’Ouvre-Boîtes pour les chantiers plus importants, notamment avec les agences immobilières.

Quel intérêt pour vous à être dans deux coopératives ?

Raphaëlle – C’est vraiment complémentaire. Je peux jongler en fonction des garanties nécessaires et répondre aux différentes demandes des clients.
Thomas – Cela permet de garder des clients sans être limité. J’entretiens le jardin d’une cliente avec CoopChezVous. Pour les rénovations domestiques plus importantes, elle fait aussi appel à moi et je passe alors par l’Ouvre-Boîtes.

Comment est venue l’idée d’intégrer deux coopératives ?

Raphaëlle – J’ai rejoint l’Ouvre-Boîtes pour créer des meubles. J’ai ensuite eu des propositions de chantiers mais j’étais limitée au niveau de la garantie. Je me suis alors tournée vers Bâticréateurs.
Thomas – Quand j’ai exposé mon projet, on m’a proposé de rejoindre les deux. J’ai trouvé ça intéressant pour les clients et pour moi.

Quel est l’apport de l’accompagnement ?

Raphaëlle – Avec le confinement en 2020 et l’arrêt temporaire des chantiers du bâtiment, les accompagnants se sont occupé des démarches de chômage partiel. Cela a été très sécurisant.
Thomas – La réglementation est complexe et une erreur est vite arrivée. En faisant valider tous mes devis et mes factures par l’Ouvre-Boîte et CoopChezVous, je suis sûr d’être dans les clous. C’est rassurant.

Thomas, tu as décidé de poursuivre durablement ton activité en coopérative en devenant sociétaire en 2020. Pourquoi ?

J’apprécie énormément le fonctionnement des coopératives, leur état d’esprit. On ne se sent pas isolé. On échange avec les accompagnants, les entrepreneurs. Quand cela sera possible, j’aimerais pouvoir participer à l’accompagnement d’une Coopérative Jeunesse de Services avec Kévin Fralin.

Raphaëlle, comment envisages-tu l’avenir de ton activité ?

Je me sens bien dans les deux coopératives. Même si c’est parfois difficile de jongler entre elles, je les trouve complémentaires. Je souhaite devenir sociétaire.

« Le système de la coopérative permet de se lancer sereinement et de bénéficier des aides de Pôle Emploi en parallèle, le temps de stabiliser son activité. Ce n’est pas anodin ! » Thomas Drouillay

Lire aussi

> Une activité dans deux coopératives (1/2) | Noureddine Sahraoui, potagiste à CoopChezVous et animateur permaculture à l’Ouvre-Boîtes Vendée

> Double activité ? C’est possible en coopérative !